Bagaconervio sur Youtube

 

 

 

La musique antique Romaine

 

 

Elle est beaucoup moins bien connue que la musique grecque ancienne, sur laquelle beaucoup de sources subsistent. On a par exemple pu déchiffrer une quarantaine de partitions dans la notation musicale grecque, et les théories musicales de Pythagore et d'Aristoxène sont bien documentées (tant par les sources grecques que par les écrits d'auteurs latins comme Vitruve et Boèce).

 

À l'inverse, peu de choses ont survécu sur la musique de la Rome antique.

 

Il y a plusieurs raisons à cela. L'une d'elles est l'hostilité des premiers pères de l'Église à la musique théâtrale et aux fêtes du paganisme, autant d'éléments supprimés une fois le christianisme devenu religion officielle de l'Empire.

 

Il y eut aussi des influences non-grecques sur la culture romaine (par exemple celle des Étrusques, et plus tard, avec les conquêtes, celles des Chaldéens en Orient et des Numides au sud). Il est très probable que certains éléments de la musique jouée à Rome venaient des apports des Italiques et de peuples non-européens ; toutefois, la nature exacte de ces apports n'est pas clairement établie.

 

Les Romains, s'ils ont jamais mis par écrit leur musique, ont dû emprunter la notation musicale des Grecs. Ce système employait quatre lettres (équivalant à nos actuels la, sol, fa et mi) pour désigner la succession des tons du tétracorde. Le rythme était rendu par des signes diacritiques au-dessus des notes, marquant la durée de chaque son.

 

Dans les représentations artistiques de la période romaine (par ex. les mosaïques de Pompéi), on ne voit aucun des musiciens lire de la musique, et très peu de partitions ont été retrouvées.

 

Le célèbre traité du philosophe latin Boèce traite bien davantage de la théorie musicale des Grecs de l'époque hellénistique que de la musique de son temps. Les Romains ont sans doute accordé leurs instruments selon les modes grecs.

 

On a avancé que les sonneries militaires d'un instrument comme la tuba auraient pu paraître familières à nos oreilles modernes, car les cuivres, par nature, ne peuvent émettre qu'un nombre réduit de subharmoniques.

 

Les principaux instruments militaire

 

Le tuba

C'est sous l'influence des romains que la trompe droite, déjà présente dans les armées de César, fut introduite en Gaule.

La taille du tuba n'est connue que par des mosaïques et certains spécialistes ont pu estimer la longueur de cet instrument à 1,20 m voir 1,50 m. Plusieurs mosaïques montrent des tubicines (joueurs de tuba) jouant de la trompe tout en posant le pavillon au sol. Afin de tenir, le tuba droit, et l'embouchure bien appuyée sur les lèvres, les romains utilisaient parfois une cordelette fixée au niveau du pavillon.

 

Chez les romains, les trompes droites ne sont pas considérées comme des instruments mélodiques mais plutôt comme des instruments d'appel, capable de produire de simples sonneries. Son domaine d'utilisation reste confiné à la sphère militaire et sacrée, et son intervention dans les jeux se limite à une rôle accessoire et ponctuel.

 

Le cornu

Le cornu est un instrument de musique de la famille des cuivres, hérité des Etrusques. La forme du cornu est celle d'un grand "G" dont le diamètre est d'environ 1 mètre.

 

Cet instrument était composé d'une barre transversale qui permettait de tenir l'instrument.

 

C'est la colonne Trajane qui offre plusieurs représentations de cornicem (joueur de cornu). 

 

Chez les romains, les cornus ne sont pas considérées comme des instruments mélodiques mais plutôt comme des instruments d'appel, l'utilisation est identique à celle du tuba.

 

 

Place du joueur de musique militaire dans l'armée

Dans l'armée romaine, les musiciens dont des sous officiers que l'on trouve dans les légions, les cohortes auxiliaires, prétoriennes et urbaines. Le nombre de musiciens est une question difficile ; dans la légion III Augusta, il y en avait 36. Ce qui est sûr c'est que dans les vexiliations, il y avait au moins un musicien. Il sont immunis(dispensés de corvées) et ont une double paye.

 

La fonction principale des musiciens est de transmettre les ordres aux soldats durant la bataille ainsi, les tubicens lancent les attaques et les fins des combats, quant aux cornicems, ils transmettent les ordres supérieurs aux signiferi.

 

La vie de camp est rythmée par les musiciens : début et fin de repas, relève des sentinelles de nuit, rassemblement, ....

Les musicien intervenait lors de la pompa inaugurale puis au début des courses de chevaux.

 

La présence des joueurs de trompes aux cotés des gladiateurs est justifiée par les dimensions des amphithéâtres qui avec leurs forme elliptique privilégie la visibilité du spectacle au détriment de la perception sonore(selon J.C Golvin); seuls des instruments martiaux au son éclatant pouvaient être utilisées. Ils sonnaient avant que débutent les combats(pseudo quintilien - déclamation IX6)

 

Le tubicen était requis pour sonner l'arrivée des courses dans les cirques et célébrer la remise des la palme.

 

Il est également attesté dans les pompae et les funérailles(et mise à mort), les musiciens militaires participaient à la vie réligieuse des camps romains ainsi, ils accompagnaient le suovétaurile (sacrifice d'un boeuf, d'un porc et d'un mouton). 

 

Les liens entre les trompes, es cornus et le domaine sacré sont établis par le rite de lustration des trompettes sacrées qui avait lieu deux fois par an sous l'égide de Mars, Minerve et Vulcain. Ce rite consistait à purifier les instruments de musique à l'occasion d'une cérémonie le 23 mars et le 23 mai

 

 

Sources :

Les dossiers de l'archéologie - N° 320 - Mars avril 2007

Musique et spectacles dans le Rome antique et dans l'Occident Romain.

(Valérie Péché et Christophe Vendries - Edition Errance - Novembre 2001

Le Cheval et la danseuse

Catalogue d'exposition - Musée Forum antique de Bavay.

Source Wikipedia :

Donald J. Grout et Claude V. Palisca, A history of Western music.

J. E. Scott, « Roman Music » dans The New Oxford History of Music, vol. 1

H. Ulrich et P. A. Pisk, A History of Music and Musical Style, p. 25.

Boèce, Traité de la musique